Mon matériel astronomique


Je détaille ici mon matériel astronomique, acheté progressivement dans le temps, au fur et à mesure de l'expérience pratique. Je revends également le matériel que je n'utilise plus afin de financer de nouveaux achats. Contrairement à ce qu'on croit, le budget principal n'est pas dans le télescope ou la monture mais dans la multitude de petits accessoires plus ou moins chers que l'on achète au fil de l'eau : bagues d'adaptation, oculaires et barlow, caméras, filtres, pare-buée, résistances chauffantes, powerbank, etc.

Voir les photos prises avec ce matériel.




Télescope et montures

J'ai voulu prendre un télescope compact, facile à déplacer, afin d'en profiter le plus possible. En effet, un matériel lourd sortira moins souvent.

Le Celestron Nexstar 6 Evolution répond à ce critère. Léger, facile à mettre en station et pilotable en Wifi depuis son smartphone ou une tablette. C'est le télescope idéal pour l'observation. Sa monture altazimutale donne un confort d'observation inégalé. Seul inconvénient, en photo, la rotation de champ limite les temps de pose. J'ai cependant réussi quelques belles photos, sans autoguidage, en limitant le temps de pose à 30 s mais en multipliant les poses.

Afin de progresser en photo, je me suis offert la superbe monture équatoriale Sky Watcher EQ6-R Pro, supportant suffisamment de poids pour prévoir le futur et pilotable en Goto avec la raquette SynScan 5. Le silence des moteurs tranche avec ceux bruyants du Celestron.





Pied fixe

Mi-2020, j'ai finalisé l'installation d'une colonne fixe dans le jardin, à proximité de la terrasse pour la facilité d'accès. La colonne a été récupérée d'une salle d'opération de l'hôpital (fixation d'éclairage) lors d'un chantier. Elle est boulonnée à six tiges filetées coulées dans 100 kg béton dans un trou d'environ 50 cm de profondeur et 50 cm de diamètre. La platine de fixation supérieure provient de chez Skymeca, compatible avec la monture EQ6 et ses variations. Cette platine est elle-même attachée par trois tiges filetées de 16 mm en inox à une platine inférieure réalisée sur mesure, et soudée sur la colonne.

Ce pied fixe permet d'installer rapidement la monture, voire de la laisser quelques jours sur place, et démarrer une session sans passer par la pénible mise en station. À terme, la colonne sera probablement installée au fond du jardin, et si possible, protégée par un abri en bois avec toit roulant.




Lunette à grand champ

Mi-novembre 2020, j'ai craqué pour une toute nouvelle lunette à courte focale de chez Teleskop Service, la 94 EDPH. C'est un triplet APO équipé en sortie d'un quadruplet correcteur-réducteur. Sa focale résultante est de 414 mm pour un rapport focal de f/4.4.

Cela me permettra de compléter l'éventail proposé par le Celestron qui fonctionne à f/10 (f : 1500 mm) ou f/6.3 (f : 945 mm), ce qui est très bien pour le planétaire, les galaxies et les nébuleuses planétaires. La lunette permettra de faire les grandes nébuleuses et les grandes galaxies.



Oculaires et Barlow

Le Celestron est fourni avec deux oculaires Plossl de 40 mm et 13 mm. J'utilise le 40 pour le pointage, mais je me suis acheté deux oculaires de qualité Baader Hyperion, de 24 mm et de 13 mm. Avec un champ de 68°, ils sont compatibles des coulants 31,75 mm et 50 mm, et donnent une très belle image.

Pour le planétaire et la Lune, j'ai pris deux Barlow, une Celestron X-CEL LX 2x et une Celestron X-CEL LX APO 3x.



Autres accessoires

Le Celestron étant ouvert à F/10, il est peu prévu pour le ciel profond. J'utilise alors un correcteur/réducteur Celestron SC F/6.3 qui permet d'agrandir le champ et de capter plus de lumière en photo.

Autre accessoire indispensable, le masque de Bathinov, permettant une mise au point aux petits oignons.



Caméras CMOS

Mes premières photos ont été prises avec mon APN Canon 60D avec une bague d'adaptation T2. Par la suite j'ai acheté ma première caméra couleur ZWO ASI 185MC, de 2 Mégapixels, revendue depuis. Puis avec une ZWO ASI 294MC, au format 4/3 et de 11 Mégapixels. Plus récemment, j'ai acquis une ZWO ASI 294MM Pro, sa version N&B et refroidie et enfin une ZWO ASI 2600MC Pro de 26 Mégapixels au format APS-C, sans bruit de préampli et avec un convertisseur 16 bits.

Afin de faire de l'autoguidage, j'ai pris la petite ASI 290MM Mini, de 2 Mégapixels et ne pesant que 60 g. Elle est N&B.



Acquisition

Si la capture des vidéos planétaires se fait toujours avec le PC sous SharpCap, les séances de ciel profond sont contrôlées avec le boîtier ZWO ASIAir Pro qui se contrôle en Wifi depuis le smartphone. Ce boîtier contrôle la monture EQ6-R Pro via un câble EQMOD, la caméra principale et la caméra de guidage. Elle peut aussi interfacer un focuser électrique ou une roue à filtre électrique. Tout le contrôle se fait depuis un smartphone connecté en Wifi à l'ASIair.

Après avoir utilisé l'ASIair version 1 pendant un an, je suis passé à l'ASIair Pro au printemps 2020. Elle est plus puissante, équipée en USB3 et peut alimenter 4 accessoires 12V. J'ai revendu l'ancien modèle qui fait maintenant la joie d'un autre astram.

L'ASIair Pro gère le Polar Align et aide à ajuster la mise en station aux petits oignons. Elle gère le Goto à partir de son catalogue très complet d'objets planétaires, cométaires et du ciel profond. En arrivant sur la cible, elle réalise un Plate Solving en prenant une photo avec la caméra principale, puis vérifie la position des étoiles en cherchant dans un catalogue astrométrique et ajuste la position de la monture, si besoin. Le cadrage peut être ajusté en pointant à l'écran et en faisant un Goto. La fonctionnalité d'autoguidage s'occupe de la caméra secondaire et réalise l'étalonnage en automatique. Durant les prises de vue, l'autoguidage corrige tous les petits décalages mécaniques de la monture. La fonctionnalité Dither permet de bouger la cible d'un ou deux pixels entre chaque photo de façon aléatoire pour éviter que la trame du capteur soit toujours au même endroit sur les photos. Ce décalage est corrigé lors de l'empilement dans le logiciel SIRIL.



-->

Mise au point et roue à filtres

Le module de mise au point automatique EAF de ZWO permet de réajuster la mise au point à plusieurs reprises durant une session, et notamment au changement de filtres. Cela permet de mieux maîtriser la finesse des étoiles, quand le ciel est bon.

La roue à filtre EFW Mini de ZWO contient cinq emplacements de 31,75 mm pour divers filtres. J'ai installé, dans l'ordre : un filtre IR cut pour faire de la luminance, un filtre Duo-Band, un filtre Hα 12 nm, un filtre OIII Optolong 18 nm, et enfin un filtre opaque pour faire mes darks en fin de session. Quand j'aurai constitué mes banques de darks à différents temps d'exposition, je pourrai installer un filtre SII.




Filtres spéciaux

Certains filtres permettent d'améliorer l'imagerie. Le filtre CLS Optolong, vissable sur un oculaire ou la caméra est excellent pour réduire fortement la pollution lumineuse en atténuant les raies spectrales des éclairages artificiels. J'ai testé également le filtre Moon & Skyglow Optolong qui est sensé réduire la lumière de la Lune mais il ne coupe pas toutes les raies de la pollution lumineuse. Le filtre antipollution UHC est comme le CLS en plus sélectif, mais il perd beaucoup de lumière.
J'ai récemmet acquis un filtre ZWO Duo band qui permet de faire du pseudo-bande étroite, avec la raie Hα dans le rouge et l'oxygène OIII dans le bleu-vert. Il est excellent sur les galaxies pour faire ressortir les zones Hα et sur les nébuleuses planétaires. Ce filtre améliore également fortement le contraste et permet de shooter en présence de la Lune, jusqu'à un peu plus que le premier quartier.
J'utilise également le filtre planétaire infrarouge Astronomik ProPlanet 642 BP pour renforcer le contraste sur certaines planètes.



Protection contre la buée

Avec un télescope Schmidt-Cassegrain, équipé d'une lame de fermeture, le plus gros risque est de voir la buée (ou le givre) se déposer et anéantir la soirée. Un pare-buée est indispensable. On peut s'en bricoler un mais j'ai finalement choisi le modèle Astrozap adapté au C6, rigide et facile à installer, accompagné de la résistance chauffante et du contrôleur double canal, de la même marque. J'ai complété depuis avec une résistance 4" pour la lunette-guide de 60 et une autre pour la lunette de 94.



Monture de voyage

Avant le Celestron et l'EQ6, j'avais investi dans la très pratique monture Star Adventurer, montée sur un trépied lourd Manfrotto MT190XPRO4. Elle est idéale pour les voyages et les sorties terrain. J'ai apporté cette monture et son trépied aux USA pour l'éclipse de soleil de 2017. Je l'utilise encore pour les photos de Voie Lactée et de grands objets Messier, à l'APN.



APN et objectifs

J'ai acheté un Canon 60d en occasion sur LeBonCoin avec quelques accessoires. Par la suite, j'ai acheté des objectifs très ouverts, dont l'objectif Sigma 30 mm f/1.4 ART pour faire des constellations et la Voie Lactée. Puis le Canon 85 mm f/1.8 pour de plus gros plans, et enfin le superbe téléobjectif Sigma 70-200 f/2.8 APO pour les grands objets Messier. Je l'utilise aussi avec son doubleur x2 pour la Lune ou les éclipses. Dernièrement, j'ai remplacé le 60d par un Canon 90d.



Alimentation

Le Celestron possède sa propre batterie, un gros avantage. Mais pour les sorties avec l'EQ6-R et pour alimenter les autres accessoires, il faut une ou plusieurs sources électriques. Après avoir testé le PowerTank Celestron au lithium de 7 Ah, j'ai opté pour un Booster Norauto N1200 de 19 Ah qui maintenant alimente mes résistances chauffantes, et trois modules RoyPov de 23,4 Ah très pratiques car ils une sortie 12V allume-cigare et une classique. Un alimente la caméra refroidie, un alimente l'ASIair et les autres accessoires, et un alimente la monture.



Voir les photos prises avec ce matériel.